A venir un dossier spécial « Transmission de cabinets » janvier 2023 – Meilleurs vœux pour 2023 Téléchargez le nouveau numéro "Transmission de cabinets"
Voir tous les numéros
Article
3 min de lecture

Le délibéré de Gaspard Koenig

Vie de l'Ordre
Vie de l'Ordre
Gaspard Koenig

Gaspard Koenig

Philosophe, essayiste, romancier et président du think tank « Génération libre »

« Comme j’ai eu l’occasion de l’exposer brièvement à votre conférence annuelle, j’ai passé mon été à effectuer un « tour de France de la simplification« , recueillant les doléances des Français de toutes professions et de tous milieux face à la complexité bureaucratique. Aujourd’hui, selon le secrétariat général du Gouvernement, le volume du droit consolidé en vigueur est de 84 619 articles législatifs et de 233 048 articles réglementaires. Il est surtout en inflation permanente, dûment chiffrée et déplorée par le Conseil d’État dans ses rapports réguliers sur le sujet.

Nul n’est censé ignorer la loi, mais nul ne peut la comprendre et encore moins la respecter. C’est le principe même de l’État de droit qui est ainsi dévoyé. Ce constat théorique se décline sur le terrain en autant d’histoires tragi-comiques, oscillant entre absurdité anecdotique et entrave désespérante.

La simplification n’est pas un sujet techno. C’est un sujet de justice sociale.

Les insiders, contribuables dotés d’avocats fiscalistes, grandes entreprises disposant de départements de compliance, collectivités territoriales à même d’embaucher des cabinets d’audit, tirent profit de la complexité. Les autres, les outsiders, sont condamnés à vivre dans une forme de semi-clandestinité, redoutant à tout moment l’inspection fatidique ou le courrier incriminant. Si la loi assure l’égalité, son excès réintroduit l’arbitraire.

C’est aussi un sujet de liberté. Dans « Bureaucratie, l’utopie des règles », l’anthropologue David Graeber se demande à quoi servent les grandes garanties constitutionnelles et la défense des libertés fondamentales si nos actions quotidiennes sont constamment médiées par la norme. Peut-on encore vivre sans rentrer dans les cases ?

Les experts-comptables se trouvent naturellement au cœur de cette question. Année après année, vous recensez les obligations supplémentaires qui pèsent sur vos clients. Dans le Loiret, j’ai rencontré un éminent représentant de votre profession qui, tout en confessant tirer profit de la norme, admettait les limites de l’exercice : de moins en moins à même de remplir sa fonction de conseil, l’expert-comptable devient le bras armé de l’administration, une sorte de fonctionnaire par procuration. Un autre de vos collègues m’a écrit dans le même esprit, en m’apprenant l’existence d’un néologisme : « cerfater ». Je cerfate, tu cerfates, il cerfate. Nous « cerfatons » tous. Cet ovale noir, aux dimensions définies réglementairement (14 millimètres sur 7), aurait toute sa place sur notre drapeau tricolore. Son œil obscur et froncé, pour emprunter la formule de Rimbaud, ne nous quitte jamais.

Le métier d’expert-comptable est pourtant riche d’histoire. Stocker et trier les informations commerciales relève des premiers besoins de l’humanité sédentarisée. Dans « Sapiens », Yuval Harari nous rappelle que les toutes premières traces d’écriture humaine relevaient de la comptabilité. Un des premiers documents connus, une tablette d’argile sumérienne datant du 4e millénaire avant notre ère, dénombrait ainsi les quantités d’orge récolté. Signé : « Kushim ». Comme le conclut Harari : « il est révélateur que le premier nom certifié de l’histoire soit celui d’un comptable, plutôt que d’un prophète, d’un poète ou d’un grand conquérant ».

Au fond, si l’expertise comptable est au fondement du développement de notre civilisation, elle est aussi le premier témoin de son déclin dans une forme de bureaucratie oppressante. L’information, autrefois rare et précieuse, est devenue trop pléthorique. Il faut inventer de nouveaux moyens de la traiter, qui laissent aux acteurs un espace de créativité et de liberté.

Vous devriez donc être aux premières loges, chers amis du chiffre, pour suggérer des pistes de simplification qui représentent aussi une manière de mieux vivre notre humanité partagée. N’hésitez pas à me communiquer vos suggestions ! »

Vous souhaitez (re)découvrir l’intervention de Gaspard Koenig aux Universités d’été 2021 ?

1 clap clap

Ces articles peuvent vous intéresser

N° 113
19 mai 2022
Article

Les Jeudis de la réussite : une initiative pour accompagner les jeunes inscrits

Découvrez les première conférences des Jeudis de la réussite : le parcours de l'Ordre des experts-comptables Paris IDF pour les jeunes experts-comptables
Commission / comité
Vie de l'Ordre
N° 111
05 janvier 2022
Article

"Les Jeudis de la réussite" pour accompagner les jeunes inscrits à l'Ordre des experts-comptables Paris IDF

Présentation des "Jeudis de la réussite" : les conférences de l'Ordre des experts-comptables Paris Île-de-France dédiées aux jeunes inscrits
Événement
Vie de l'Ordre
N° 114
20 juillet 2022
Événement

Les temps forts

Les temps forts des Universités d'été 2022 de la profession comptable francilienne, ateliers à ne pas manquer !
UE